Europe 1 – choisir un bon coach

Classé dans : Réflexions | 0

La profession de coach si peu connue il y a quelques années est maintenant fortement représentée. Comment choisir son coach ?

Comme dans toute profession « humaine » le lien qui lie le client (ou le patient dans des professions médicales et paramédicales) est l’enjeu de la relation. Avez vous le feeling ou pas ? c’est la première condition qui permet de savoir si oui ou non vous pouvez continuer la relation ou pas. Ecoutez vous, que dit votre « intérieur » ? Avez vous envie de faire un bout de chemin avec cette personne ou pas ? c’est une question primordiale à laquelle il est indispensable de « se » répondre. Cela n’entrave pas la qualité de votre interlocuteur et tout coach le sait bien. Aussi un coach qui travaillera très bien avec une connaissance ne sera peut être pas celui qu’il vous faut… c’est ainsi, sans jugement sur sa valeur.

La qualité de la formation, le type d’intervention, le contrat écrit etc… sont quelques points à discuter également.

Et au delà de tout ces points, une chose importante pour éviter toute confusion… sachez ce dont vous avez besoin et ainsi faites la différence entre un coach d’un consultant. Que cherchez vous ? les deux sont des bons professionnels mais ne sont pas là pour le même travail. Ne vous énervez pas (intérieurement) si vous attendez que le coach vous donne une réponse à un problème que vous lui posez et qu’il préfère vous confronter, vous écouter, vous poser d’autres questions…. ce n’est pas son rôle, il n’est pas là pour vous partager son expérience, son expertise comme un consultant. Les objectifs avec l’un et l’autre sont différents.

« Un coach professionnel n’est pas un gourou. Son objectif est de vous conduire à reprendre votre carrière en main, à devenir plus autonome. En clair, un coach ne vous donne pas des leçons de morale ni des recettes toutes faites, mais va vous inviter à vous poser les bonnes questions. « Le coach s’appuie sur les ressources, les contacts, les talents du client. Mais ce n’est pas lui qui a la solution. L’objectif c’est de faire naître la solution par le client lui-même. »

Je n’ai pas de projet pour les personnes que j’accompagne, elles sont savent ce qui est bon pour elles. Lorsque je suis contactée pour mon expertise dans des domaines financiers par exemple, j’ai une posture de consultante, je partage mon expérience, ce qui fonctionne, ce qui est risqué, etc… en tant que coach je propose mon écoute, je pose des questions, je confronte, je propose un autre angle de vue, j’ouvre la porte vers d’autres possibilités, je travaille avec le coaché sur ses peurs et ses colères, ses croyances limitantes, ses envies, les scenarii et les jeux qu’il joue, ses objectifs  etc… c’est une autre posture.

bonne lecture

www.europe1.fr/developpement-personnel/carriere-emploi-coach-professionnel-nos-conseils-pour-choisir-le-bon-3617834

Laissez un commentaire